Accueil » JNKS » JNKS 2013 - SAINT MAURICE » Les changements dans les rapports au travail

Les changements dans les rapports au travail

JNKS 2013 / Jean-Paul Segade

Conseiller Général des Hôpitaux

Au delà des modèles économiques, sociaux, démographiques,

Au-delà des exigences financières, du respect des normes ou des problématiques de responsabilité,

La question de l’évolution du travail est par essence révolutionnaire dans la mesure où elle touche à la fois l’adaptation des structures et des institutions ; où elle remet en cause le droit existant, comme  les règles de management ; et ce d’autant plus que l’hôpital est un lieu par définition humain, collectif ;et par là même impacte  la relation usager - producteur de soins.

La féminisation du travail médical, l’évolution du progrès technique qui appelle à plus de spécialisation comme à des métiers nouveaux , l’abandon du modèle artisanal au profit d’un modèle plus collectif, mais aussi plus industriel et normé, les exigences du droit du travail comme des relations travail /temps libre  dont les douze heures en est une des manifestations, l’impact des TIC dans la relation entre les acteurs comme entre les malades et les acteurs de soins , tout démontre que le facteur travail dans la fonction de production hospitalière subit une profonde mutation.

L’évolution du travail hospitalier est symptomatique de ce bouleversement que connait l’hôpital  dans un changement de modèle dont la traduction théâtrale permet d’en décrire l’évolution.

Longtemps héritier du modèle du théâtre classique de Racine, l’organisation du travail reposait sur un modèle unique caractérisable par la formule de Boileau[1] transposée en la matière : une fonction, un métier un statut.

Le modèle multiple et subordonné propre au théâtre de V HUGO (Préface de Cromwell) reposant sur un principe hiérarchique fort et des acteurs multiples est en cours de mutation.[2]

Le modèle  émergent plus ouvert, intégrant le parcours du patient, présente la même  logique du théâtre moderne (c’est le monde disait Claudel dans le soulier de satin) à savoir la combinaison externe et non plus seulement interne des compétences et non exclusivement  des métiers.

Ce nouveau modèle interroge sur la relation unité de prise en charge et autonomie des acteurs, sur la contractualisation et le pouvoir hiérarchique, sur la responsabilité partagée, sur la capacité d’ouvrir son système d’information…..

Sauf à entrevoir une solution extrême  à l’exemple du nœud gordien (G Pompidou), la recherche d’un nouveau modèle supposera de la part de chaque acteur une ouverture et un partage qui ne peut que faire éclater le modèle actuel. Cette modernité  ouvre des espaces d’incertitudes mais aussi de liberté pour tirer des leçons du passé comme de ses valeurs et pour terminer sous une citation tirée du théâtre d’A Gide (Œdipe) : le seul mot de passe pour ne pas être dévoré par le sphinx, c’est l’homme.Et ma force est que je n’admettais pas d’autre réponse, à quelle pût être la question.

Bref, l’émergence d’un nouveau modèle est facteur d’espérance si l’on garde au cœur du débat le seul mot qui importe quelle que soit la dynamique créée :le malade.



[1] Que le lieu de la scène y soit fixé marqué. Sur la scène, en un jour, referme les années : … qu’en un lieu en un jour, un seul fait accompli Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli.

[2] L’unité d’ensemble est la perspective du théâtre Hugo.


 

Téléchargez le PDF complet : "Les changements dans les rapports de travail: vers un nouveau modèle" de Jean-Pierre Segade



Sur le même thème :