La recherche en santé

Article créé le 6 novembre 2012 | Jacques Bergeau d'après Kinescope N°13

La dynamique de l'enquête cognitive rationnelle appelée recherche1 se construit à partir des données disponibles, lesquelles sont dépendantes des changements technologiques.
« Aucun chercheur ne peut faire l'abstraction de se demander quelles sont les attentes de la société vis-à vis de lui, quelle est la demande sociétale. » a déclaré Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, en Janvier 2008.

Quelle est la demande sociétale en santé ?

Pour une acception de la santé en évolution, la recherche en santé concerne le secteur « soin-santé-social » et tous les acteurs des systèmes de santé : les professions de santé médicales et paramédicales, les professions des sciences humaines et sociales, les universitaires et chercheurs, les décideurs en santé, les juristes de la santé, les gestionnaires et administrateurs des établissements de santé ou des organismes de protection sociale, les membres d'associations et toutes les personnes oeuvrant dans les systèmes de santé.
Le développement de la recherche et de l'innovation en santé est une condition essentielle à l'amélioration de la prise en soins du patient. Toutes les professions de santé paramédicales sont concernées par la recherche en santé. Chaque professionnel de santé se doit d'y participer au sens de prendre part et faire partie :
• connaître le cadre législatif et réglementaire (textes de références) et les recommandations internationales ;
• explorer l'étendue et les territoires de la recherche : organisation, lieux et structures ;
• maîtriser les aspects pratiques : mise en oeuvre, méthodologie, assurance qualité.

Qu'est-ce qu'un lieu de recherches ?

Lieu mentionné à l'article L.1121-1 du code de la santé publique (CSP), y compris lieu de soins, service hospitalier ou tout autre lieu d'exercice des professionnels de santé, disposant de moyens humains, matériels et techniques adaptés à la recherche et compatibles avec les impératifs de sécurité des personnes qui s'y prêtent, dans lequel se déroule une recherche biomédicale.

 Quel est le rôle de l'investigateur ?

Conformément à l'article L.1121-1 du CSP, l'investigateur est la personne physique qui dirige et surveille la réalisation de la recherche sur un lieu. L'article L.1121-3 décrit notamment les conditions de direction et de surveillance de la recherche. Par dérogation au principe de l'investigateur obligatoirement médecin, les recherches biomédicales autres que celles portant sur des produits mentionnés à l'article L. 5311-1 et figurant sur une liste fixée par décret en Conseil d'Etat, qui ne comportent que des risques négligeables et n'ont aucune influence sur la prise en charge médicale de la personne qui s'y prête, peuvent être effectuées sous la direction et la surveillance d'une personne qualifiée.

Il ne suffit pas de vouloir faire de la recherche. La bonne volonté ou les bonnes intentions sont sans effet s'il n'y a pas le savoir et le savoir-faire.

Ainsi, les professionnels de santé paramédicaux doivent :

Se former à la recherche et par la recherche dans les domaines de sa compétence suppose d'être « sensibilisé et imprégné » dès le début de sa formation professionnelle et tout au long de son cursus académique, ceci afin de développer la culture « recherche ». La réflexion en cours sur la réingénierie des diplômes santé paramédicaux identifie une compétence « recherche » : rechercher, traiter et analyser des données professionnelles et scientifiques. Il ne s'agit pas pour tout professionnel de santé d'être un chercheur - c'est un métier - mais de pouvoir disposer de cette compétence à la recherche au moment opportun. Toute pratique nécessite un cadre théorique. Il importe de produire nos propres références, nos corpus de connaissances et de les confronter aux besoins de la cité et aux résultats de notre exercice professionnel. Le corps enseignant doit comporter dès aujourd'hui un enseignant-chercheur du domaine pour permettre cette imprégnation continue.

Aussi, développons les compétences nécessaires :

  • savoir où et comment trouver sur internet les données les plus actuelles sur un sujet donné ;
  • savoir valider par la lecture critique les contenus et les documents présélectionnés ;
  • élaborer et conduire un protocole de recherche ;
  • savoir rédiger un article pour une revue afin de valoriser son travail ou celui de son équipe.

La diffusion des savoirs en santé ne peut plus se cantonner à la seule sphère académique. La maîtrise de l'anglais scientifique et des nouvelles technologies de l'information et de la communication nous permettra de prendre notre place dans la production et l'échange des connaissances.

Devenons « porteurs d'enjeux » pour la recherche en santé afin de développer les « sciences de la santé et du soin » (health and care sciences) et de changer de vision :
Actes professionnels (techniques) > Exercice professionnel (pratiques) > Culture professionnelle (missions).
Accompagner le changement pour ne pas le subir, c'est à-dire en avoir l'intuition, l'anticiper, le prévoir, le guider. N'en doutons pas, la recherche fondamentale et clinique d'aujourd'hui sera la routine de demain.

 

 

Sur le même sujet Kinésithérapie et recherche

Voir aussi notre article sur la Formation initiale en kinésithérapie